Le Marathon de Paris

3 Avril, 2016

icon


Ma course

J’ai été sélectionné en octobre 2015 par la société COMPEX suite à ma candidature sur leur site pour intégrer la Team COMPEX pour le marathon de Paris 2016. Après avoir reçu un COMPEX SP 6.0 en prêt début décembre, je me suis donc mis à l’électro-stimulation.

Après un petit temps d’adaptation à la stimulation électrique et aux sensations qui sont particulières, les premiers essais sont concluants !
Me retrouvant blessé au même moment (tendinopathie au tendon d’Achille), j’ai utilisé le COMPEX presque tous les jours pour le gainage, le renforcement musculaire et aussi le mode anti douleur. Beaucoup de programmes sont disponibles pour couvrir le maximum d’utilisation avec des durées variant d’une vingtaine de minutes à presque 1H.

Après une préparation chaotique, je pars pour Paris le jeudi 31 mars. Le temps de poser mes valises à l’hôtel et je file au salon du running pour récupérer mon dossard sur le stand COMPEX. Je profite de la soirée pour faire le tour des stands et regarder les diverses animations. Je trouvais qu'il y avait du monde, mais en fait ce n'est rien comparé au samedi ...

Je profite de ma présence à Paris pour visiter tout le vendredi et le samedi matin. Avec toute cette marche mon tendon d'Achille me fait un peu mal le vendredi soir. J'espère que je n’aggraverais pas cette blessure le dimanche car je veux prendre le départ et je veux finir cette 40 eme édition !

Je me suis entraîné ces dernier temps avec ma paire de saucony stabil, mais je commence à me poser la question si mon problème de tendon ne vient pas de mes chaussures. Après réflexion, je décide de prendre le départ avec une autre paire (des Zoot trainer). Le pari est risqué car, même si j'ai déjà couru avec, je ne les ai jamais prise sur des sorties longues.

Le samedi après-midi, je retourne au salon du running pour un rendez-vous à 15H sur le stand COMPEX pour faire une photo avec toute la team.

Après une bonne nuit de sommeil, réveil à 6H15, déjeuner rapide puis direction l’avenue Foch pour rejoindre la team COMPEX sous le chapiteau. Je ne reste pas longtemps car il faut que j’aille m’échauffer car l’heure du départ approche. Je vais faire un petit tour, puis je décide de regagner le sas. Petit moment de stress car je ne trouve pas l’entrée de mon sas, mais finalement une bénévole me guidera.

Le départ est donné à 8H45, peu de temps après le départ handisport. Le départ est rapide, je me laisse un peu emporter mais rapidement je diminue l’intensité pour courir à une vitesse de 13,5 km/h. Pendant les 5 premiers km, beaucoup de questions me traverse l’esprit … Est-ce que je ne fais pas une erreur de courir un marathon pour mon tendon ? Ai-je fais le bon choix de prendre d’autres chaussures ?

Les km passent, je me sens bien, j’accélère légèrement en tournant maintenant à 14km/h et reste à l’écoute de mes sensations. Dès le 10ème km je comprends que mes pieds vont souffrir le long de ces 42 km. Je sens l'avant du pied compressé, les orteils serrés les uns contre les autres, et le dessous du pied gauche commence à être douloureux.

L'avantage, c'est que ces douleurs focalisent un peu mon attention et je ne pense pas à mon tendon. Du 8ème au 23ème je suis stable dans mon allure ormis au 16ème km je suis obligé de m’arrêter dans le bois de Vincennes pour vider la vessie … Je commence maintenant à ressentir une petite gêne au tendon, je décide de diminuer l’allure et retourne à 13,5 km/h.

L’ambiance est vraiment extraordinaire tout le long du parcours, il y a beaucoup de groupe musicaux, et le public, nombreux, encourage tous les coureurs. Je maintiens l’allure jusqu’au 29ème avant de ralentir pour franchir le mur du 30ème …j’ai mal aux jambes, je suis obligé de marcher un peu. Puis je repars.

L’allure a chuté, mais ce n’est pas grave, je ne suis pas venu chercher un chrono, mais je suis venu profiter de Paris. Je cours maintenant à 12 km/h. Dans ma tête raisonne un article que j’ai lu quelques jours avant qui décrivait le parcours : «au 34ème une belle côte attend les coureurs», je ne pense qu’à ça, si bien que lorsque le panneau 34 km arrive, je m’arrête pour marcher alors que c’est parfaitement plat a perte de vue …

Le mental n’est pas là.

Je m’hydrate bien au ravitaillement, rassemble mes forces et après avoir marché presque un km, je repart pour monter la belle côte du 35ème en courant. J’ai adoré l’ambiance musicale au bois de boulogne, c’était regénérant. J’ai eu un autre coup de mou au 41ème, puis je me suis remotivé pour finir en courant. Je passe la ligne en 3H22, ravi.

Mon tendon n’a pas été trop douloureux, je sais par contre que je ne suis pas encore guéri. Je vais prendre le temps de bien me soigner et j’espère pouvoir attaquer les choses sérieuses en juin pour être prêt à battre mon record personnel en Novembre à la Rochelle.


Conclusion :

Un très grosse ambiance sur ce marathon avec de nombreux spectacteurs, de nombreux coureurs. Faire ce marathon avec la Team COMPEX a vraiment été un plus.


Parcours
Paris
Profil
Paris
Photos

  • 1000 victoires sur 1000 ennemis ne valent pas une seule victoire sur soi-même. Bouddha

  • Si tu veux courir, cours un kilomètre. Si tu veux changer ta vie, cours un marathon. Zatopek

  • N'est vaincu que celui qui croit l'être. Fernando de Rojas

  • Je ne perds jamais. Soit je gagne. Soit j'apprends. Nelson Mandela

  • J’entends souvent quelqu’un dire je ne suis pas un vrai coureur. Nous sommes tous des coureurs, certains courent plus vite que d’autres. Je n’ai jamais rencontré un faux coureur. Bart Yasso

  • J’ai eu autant de doutes que n’importe qui d’autre. Debout sur la ligne de départ, nous sommes tous des trouillards. Alberto Salazar

  • Que la route se lève pour vous rencontrer. Que le vent soit toujours dans votre dos. Proverbe irlandais

  • Vos jambes ne vous lâchent pas, c’est votre tête qui vous lâche. Continuez. Jillian Michaels

  • Peu importe la vitesse de course, tu seras toujours plus vite que ceux qui restent assis sur leur divan. Richard Paradis

  • Demandez-vous : « Puis-je en donner plus ? » La réponse est généralement : « Oui ». Paul Tergat

  • Le miracle n'est pas que j'ai terminé. Le miracle est que j'ai eu le courage de commencer. John Bingham

  • Visez la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles. Les Brown

  • Personne ne s’est jamais noyé dans la sueur.

  • Ceux qui pensent qu'ils n'ont pas le temps pour l'exercice physique devront tôt ou tard trouver du temps pour être malades. Edward Stanley

  • L'expérience est une lanterne que l'on a accrochée dans le dos et qui n'éclaire que le chemin parcouru. Confucius

  • Ce que l'on a pu faire ne peut prétendre annoncer ce que l'on va être capable de faire. Confucius

  • Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. Sénèque

  • La voix dans votre tête qui vous dit que vous ne pouvez pas le faire est une menteuse.

  • Levez-vous avec détermination, couchez vous avec satisfaction.

  • Ne craignez pas de courir lentement, craignez plutôt de rester immobile.

  • Chaque pas compte.

  • Ne vous embêtez pas juste d'être meilleur que vos contemporains ou prédécesseurs. Essayer d'être mieux que vous-même. William Faulkner

  • La différence entre un artiste et une paire de chaussures, c'est que l'artiste doit pouvoir partir avant de lasser, tandis que les chaussures, il vaut mieux les lacer avant de partir. Philippe Geluck

  • Je ne sais pas pourquoi, ce que je faisais semblait avoir un sens pour plein de monde. Ils ne voulaient pas croire que quelqu'un était assez bête pour courir autant sans raison. Forrest Gump

  • Nous courons, non pas parce que nous pensons que cela fait du bien, mais parce que nous aimons ça et nous n'y pouvons rien ... Plus la société nous restreindra et plus il sera nécessaire de trouver une issue à cette soif de liberté. Roger Bannister

  • L'épuisement des forces n'épuise pas les forces de la volonté ... Victor Hugo

  • On n'arrive pas au sommet en dépassant les autres, mais en se dépassant soi-même.

  • Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts, ni les plus rapides, mais par ceux qui n'abandonnent jamais.

  • Rien ne sert de courir, il faut partir à point.Jean de la Fontaine

  • Courir c'est être libre. Libre dans l'espace. Libre dans le temps. Libre dans la société. Libre dans sa tête.Benedict Maverick

  • Si tu te sens bien au cours d'un ultra, ne t'inquiète pas, ça va passer... Guillaume Millet