Le Marathon de La Rochelle

27 Novembre, 2016

icon


Ma course

Après le Marathon de Paris en début d’année 2016, voici le récit de mon deuxième marathon de l’année.

Comme marathon d’automne, j’ai opté pour La Rochelle, charmante ville que je connaissais déjà. A l’occasion de ce week-end, je voulais faire découvrir l’île de Ré à ma petite famille. Nous sommes arrivés le vendredi après environ 4 heures de route depuis Toulouse. On ne s’est pas couché trop tard car les enfants étaient épuisés.

J’ai prévu d’aller retirer mon dossard très tôt pour éviter la foule et pouvoir profiter de toute la journée sur l’île de Ré. Après le réveil, je me rends compte que mon dos et l'adducteur droit sont douloureux. La journée sur l’île de Ré était vraiment superbe, nous sommes allés au bout de l’île, en haut du phare des baleines pour admirer la vue. Puis nous avons visité des charmants petits villages bien désertiques à l’approche de l’hiver.

A la fin de la journée, le mal de dos n’avais pas disparu et le doute quand à ma participation le lendemain commençait à me faire cogiter. Après une nuit plutôt réparatrice, je sais que je vais tout tenter pour atteindre mon objectif de 2H55’.

Je commence à trottiner pour rejoindre le départ, je sens mon dos qui se bloque sur certain faux mouvements, il va falloir que je sois prudent et que j’essaye de garder une posture droite tout le long de la course. La pression monte, le départ des personnes handicapées vient d’avoir lieu, il ne reste plus que 5 min, je suis dans ma bulle mais j’écoute d’une oreille distraite les commentaires des coureurs autour de moi. Dans ma tête, je me repasse le film de ma course, les 5 premiers km je vais me limiter à du 4’10’’/km pour atteindre sur les suivants du 4’07’’ / 4’08’’. Je me repasse les chronos à réaliser tous les 5 km, 20’50’’, 41’40’’, 1H02’30’’, 1H23’20’’, 1H44’10’’, 2H05’00’’, 2H25’50’’, 2H46’40’’ pour finir en un peu plus de 2H55’.

PAN !!! Ca y est, il faut que je me mette en route, marche sur 10m puis je trottine pour prendre un peu le rythme. Il y a énormément de monde, j’ai du mal à me mettre à la bonne vitesse, mais c’est pas grave, ca va se décanter. Notre départ rejoint les autres coureurs, mais nous sommes séparés par des barrières car jusqu’au km 3 nous aurons 2 chemins différents, une légère montée se profile déjà. Je respecte mes prévisions sur les 2 premiers km, mais le 3eme est avalé en 3’58’’, pas de panique, il y avait une belle descente avant de rejoindre tous les autres coureurs. Je passe les 5 premiers km avec 10 sec d’avance, parfait, au 10ème, j’ai 16 secondes d’avance, je suis toujours aussi régulier, je me sens bien, les douleurs ne reviennent pas.

Arrive le 15ème avec 23 sec d’avance, je suis dans ma course, à ce moment là, je sais que quoi qu’il advienne je serai sous les 3H, par contre je ne sais pas si je tiendrai pour les 2H55’, quand je serai au 30ème j’en saurais un peu plus. Le 20ème km passe avec 37 sec d’avance puis arrive le semi. Malheureusement je n’arrive pas à voir mon temps, mais ce n’est pas gênant, mes précédents contrôles me montrent que je suis toujours aussi régulier. Le 25ème avec 28 sec d’avance puis le 30ème avec 5 sec de retard. Je suis toujours dans les temps, mais les montées et le vent de face m’ont affaibli dans le 29ème km. Il y a plein d’autres coureurs autour de moi, j’essaye de m’abriter un peu. Je pointe au 35ème avec 31 sec de retard, rien de catastrophique, mais je prends conscience que la fin va être plus dure. J’arrive malgré tout à profiter de l’ambiance même si je reste concentré. J’arrive à sourire et à remercier d’un geste de la tête ceux qui m’encouragent par mon prénom.

Le passage au 40ème se fait avec 1’24 de retard et je retrouves des forces une fois passé l’arche du dernier km, porté par la foule, la vision de l’arrivée toute proche me redonne un regain d’énergie où je sens que je vais donner tout ce qui me reste pour perdre le moins de secondes possibles. L’arrivée magique sur tapis bleu après un passage sur des pavés me libère après 2H58’34’’ de course. A ce moment-là je prends conscience que mon corps a du souffrir, mes chevilles me font très mal alors que je ne ressentais rien quelques secondes avant.

Tout rentrera dans l’ordre après quelques minutes passées au ravitaillement. La médaille autour du coup, le coupe-vent et la bourriche d’huîtres dans les bras, je file me changer et rejoindre ma petite famille qui profite de cette belle matinée pour regarder les animaux dans le parc voisin de l’arrivée.


Conclusion :

Un marathon Français à faire pour l'ambiance et la gentillesse des bénévoles. Les ravitaillements, surtout celui de l'arrivée est très bien organisé et fourni. Je suis très content de ce 11ème marathon et je repense à mon premier où je me disais que c’était du grand n’importe quoi de courir une telle distance … Je n’ai maintenant plus ces pensées négatives durant la course et cela fait maintenant 2 marathons que je subis moins et où j’en profite plus. L’appareil B-cure Laser sport m’a permis d’atteindre mes objectifs grâce au maintien de mes entraînements malgré ma blessure au tendon d'Achille.


Plan d'entraînement suivi
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche

15 x 300m en 59'' R = 50''

 

Footing dont 4 x 2000m en 8'20''

Footing 9 km

   

Footing

Lactate shuttle 5 x (1000m SL2 + 1200m SL1)

 

15km dont 13 x 300m en 1'03'' R = 1'40''

Footing dont 5 x 100m

Footing dont 3 x 2500m en 10'25''

 

Footing 19 km

Lactate shuttle 5 x (1000m SL2 + 1200m SL1)

Footing 8 km

Footing dont 10 x 300m en 59'' R = 50''

 

15km dont 4 x 1000m en 3'35'' R = 1'40''

 

Footing 18 km dont lactate shuttle

Footing 12 km

Footing 12 km

Footing dont
10 x 200m en 38''
R = 35''

Footing 12 km

18km dont 7 x 1000m en 3'35'' R=1'40''

 

Footing 22 km dont lactate shuttle

15km dont 10 x 400m en 1'20'' R=1'05''

Footing 11 km

15km dont 4 x 1500m en 5'40'' R=2'

Footing 10 km

Footing 11 km

 

Footing 26 km dont lactate shuttle

12km dont 6 x 100m R=2'

Footing 6 km

15km dont 10 x 400m en 1'25'' R=2'10''

 

Footing 6 km

 

Footing 13 km

13km dont
10 x 200m en 38''
R = 35''

Footing 12 km

18km dont 7 x 1000m en 3'35'' R=1'40''

 

Footing 12 km dont lactate shuttle 6 x (400m SL2 + 1200m SL1)

 

24 km dont lactate shuttle

15km dont 10 x 400m en 1'20'' R=1'05''

 

17km dont 4 x 1500m en 5'40'' R=2'

Footing 11 km

Footing 12 km

 

26 km

Footing 11 km

Footing 11km +
15km dont 7 x 1000m en 3'35'' R=1'40''

Footing 11 km

Footing 11km +
17km dont 2 x 3000m en 12'20'' R= 3'

Footing 11 km

 

28 km dont lactate shuttle

 

12km dont 5 x 100m R=2'

Footing 8 km

17km dont 10 x 800m en 2'54'' R=400m

Footing 11 km

 

Footing 15 km

Footing 11 km

Footing 11 km +
15km dont 3 x 3000m en 12'20'' R=3'

Footing 11 km

Footing 11 km +
15 km dont 10 x 400m
en 1'20'' R= 1'05

Footing 11 km

 

30 km dont 5km AS42

Footing 11 km dont 10 x 400m
en 1'20'' R=1'05''

Footing 11 km +
17 km dont 3 x 3000m
en 12'20'' R= 3'

Footing 11 km

Footing 11 km +
21 km dont 2 x 5000m
en 20'32'' R= 3'

Footing 9 km

 

30 km dont lactate shuttle

 

17 km dont 2 x 3000m
en 12'20'' R= 3'

Footing 6 km + Gainage

15 km dont 2 x 2000m
en 8'13'' R= 3'

Footing 6 km + Gainage

 

15 km dont 2000m
en 7'40'' R= 3'

Footing 11 km

Footing 13 km

Footing 8 km

     

Marathon de La Rochelle


Parcours
La Rochelle
Profil
La Rochelle

  • 1000 victoires sur 1000 ennemis ne valent pas une seule victoire sur soi-même. Bouddha

  • Si tu veux courir, cours un kilomètre. Si tu veux changer ta vie, cours un marathon. Zatopek

  • N'est vaincu que celui qui croit l'être. Fernando de Rojas

  • Je ne perds jamais. Soit je gagne. Soit j'apprends. Nelson Mandela

  • J’entends souvent quelqu’un dire je ne suis pas un vrai coureur. Nous sommes tous des coureurs, certains courent plus vite que d’autres. Je n’ai jamais rencontré un faux coureur. Bart Yasso

  • J’ai eu autant de doutes que n’importe qui d’autre. Debout sur la ligne de départ, nous sommes tous des trouillards. Alberto Salazar

  • Que la route se lève pour vous rencontrer. Que le vent soit toujours dans votre dos. Proverbe irlandais

  • Vos jambes ne vous lâchent pas, c’est votre tête qui vous lâche. Continuez. Jillian Michaels

  • Peu importe la vitesse de course, tu seras toujours plus vite que ceux qui restent assis sur leur divan. Richard Paradis

  • Demandez-vous : « Puis-je en donner plus ? » La réponse est généralement : « Oui ». Paul Tergat

  • Le miracle n'est pas que j'ai terminé. Le miracle est que j'ai eu le courage de commencer. John Bingham

  • Visez la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles. Les Brown

  • Personne ne s’est jamais noyé dans la sueur.

  • Ceux qui pensent qu'ils n'ont pas le temps pour l'exercice physique devront tôt ou tard trouver du temps pour être malades. Edward Stanley

  • L'expérience est une lanterne que l'on a accrochée dans le dos et qui n'éclaire que le chemin parcouru. Confucius

  • Ce que l'on a pu faire ne peut prétendre annoncer ce que l'on va être capable de faire. Confucius

  • Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. Sénèque

  • La voix dans votre tête qui vous dit que vous ne pouvez pas le faire est une menteuse.

  • Levez-vous avec détermination, couchez vous avec satisfaction.

  • Ne craignez pas de courir lentement, craignez plutôt de rester immobile.

  • Chaque pas compte.

  • Ne vous embêtez pas juste d'être meilleur que vos contemporains ou prédécesseurs. Essayer d'être mieux que vous-même. William Faulkner

  • La différence entre un artiste et une paire de chaussures, c'est que l'artiste doit pouvoir partir avant de lasser, tandis que les chaussures, il vaut mieux les lacer avant de partir. Philippe Geluck

  • Je ne sais pas pourquoi, ce que je faisais semblait avoir un sens pour plein de monde. Ils ne voulaient pas croire que quelqu'un était assez bête pour courir autant sans raison. Forrest Gump

  • Nous courons, non pas parce que nous pensons que cela fait du bien, mais parce que nous aimons ça et nous n'y pouvons rien ... Plus la société nous restreindra et plus il sera nécessaire de trouver une issue à cette soif de liberté. Roger Bannister

  • L'épuisement des forces n'épuise pas les forces de la volonté ... Victor Hugo

  • On n'arrive pas au sommet en dépassant les autres, mais en se dépassant soi-même.

  • Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts, ni les plus rapides, mais par ceux qui n'abandonnent jamais.

  • Rien ne sert de courir, il faut partir à point.Jean de la Fontaine

  • Courir c'est être libre. Libre dans l'espace. Libre dans le temps. Libre dans la société. Libre dans sa tête.Benedict Maverick

  • Si tu te sens bien au cours d'un ultra, ne t'inquiète pas, ça va passer... Guillaume Millet