Le Forest Trail 18km (Lévignac, Haute-Garonne, France)

7 Février, 2015

icon


Description

Le Forest Trail, dont le départ se situe à Lévignac, en Haute-Garonne propose plusieurs format de courses avec des parcours sillonnant les collines de la Save. La particularité de ce trail est de se courir de nuit, à la frontale. A chacun sa distance :

- La Comète, départ à 20h00 (12 km et 255 D+)
- La Météore, départ à 19h30 (18 km et 305 D+)
- La Nébuleuse, départ à 19h00 (25 km et 505 D+)
- La Supernova, départ à 18h30 (42 km et 1005 D+)

Cette course à vue le jour grâce à l’association Velocyraptors 31 qui réunit aujourd’hui une vingtaine d’adhérents, tous motivés par les activités multi-sports et plus particulièrement le VTT, les raids et le trail.
Ce trail à la particularité de se dérouler de nuit, souvent avec des températures très fraîches et avec la boue qui a fait la renommée de ce trail:).


Ma course

Cette course n'était pas prévue dans mon calendrier, mais j'ai gagné mon dossard avec le choix de la distance.
Après mûre réflexion, j'ai choisi la Météore, avec 18 km et 305m D+.

Après presque deux mois sans véritable entraînement, il va falloir tout donner pour boucler ces 18 km. Comme chaque année, la boue va être au programme :).
Une semaine avant, j'ai vérifié que j'avais tout le matériel obligatoire :

- réserve d’eau et alimentation personnelle : je prends mon sac à dos avec poche à eau rempli de ma boisson maison.
- une lampe frontale + piles : je prends ma lampe frontale Led Lenser H14R.2.
- un sifflet.
- une couverture de survie.
- un gobelet réutilisable : je prend mon gobelet offert sur le marathon du médoc.
- brassard, gilet ou vêtements ayant une partie réfléchissante.

Cette année, la neige qui est tombée en abondance durant la semaine laisse entrevoir l'espoir que le parcours sera gelé et du coup moins boueux, mais ça ne sera pas le cas car le dégel apparaît vendredi et samedi.
J'ai donc couru samedi 7 février à la distance de 18km et, au total, ce sont 2000 coureurs qui ont participé aux différentes courses.
L'organisation est bien rodée, beaucoup de bénévoles sont présents pour préparer le buffet d'arrivée, renseigner les coureurs, aiguiller les coureurs et faire la circulation aux endroits dangereux (plusieurs traversées de route).

Samedi après-midi, après avoir préparé rapidement (peut être trop rapidement) mes affaires, je suis passé prendre deux amis qui couraient aussi sur le 12km et le 25km. Arrivé sur place, je suis allé récupérer mon dossard puis nous nous sommes habillés et on a préparé nos affaires.

L'heure des départs est arrivé assez vite, j'ai eu à peine le temps de m'échauffer une dizaine de minutes.
19H30, le départ est donné, on commence à courir encadré par l'organisation avec des feux de Bengale. Rapidement nous quittons la route pour un chemin où beaucoup de flaques font leur apparition. Puis au détour d'un virage nous nous retrouvons en bordure de champ, en léger dévers, les premières glissades apparaissent, voyant un coureur devant moi déraper, je redouble de vigilance.

J'avais un camelback avec ma boisson que je me suis préparé (trop rapidement car je ne l'ai même pas goûtée), dès les premières gorgées je trouve le goût du jus de citron trop prononcé, j'ai beaucoup de mal à le boire. Je me suis forcé 3 ou 4 fois sur la course, mais j'ai arrêté car ça me donnait envie de vomir. Et pourtant je sais qu'il ne faut pas improviser son ravitaillement … ça me servira de leçon.

Nous arrivons ensuite sur une portion bitumé montante avant d'attaquer la forêt. Après un début ou j'étais assez méfiant pour mes appuis car je n'avais jamais vraiment couru dans de telles conditions, j'ai commencé à prendre confiance et c'est à ce moment-là qu'une souche d'arbre a décidé de traverser devant moi, j'ai trébuché, posé les mains au sol, mais vraiment rien de grave. Au moins ça m'a fait reprendre ma lucidité et j'ai été plus vigilant sur le reste du parcours.

Cette partie en forêt est vraiment très intéressante, ça monte, ça glisse, ça descend, ça glisse, ça tourne, ça glisse.
Il faut aussi éviter les troncs et branches au sol, baisser la tête pour éviter les arbres trop penchés, s'accrocher comme on peut pour monter quand ça glisse, maîtriser ses glissades en descente pour pas finir sur les fesses. D’ailleurs dans ce domaine j'ai des progrès à faire:).

J’ai failli perdre une de mes Mizuno Mujin dans la boue car la semelle faisait ventouse et mon lacet n’était pas suffisamment serré, c’est encore quelque chose que je saurais pour la prochaine fois, car perdre une chaussure dans la boue, ça ne doit pas être agréable!

L'esprit trail est présent, les coureurs de devant signalant de faire attention à l'approche de troncs ou branches en travers du chemin. Les bénévoles se réchauffent comme ils peuvent avec des feux de bois, et ils ont tous des petits mots d'encouragements, merci à eux !

J'ai été, la plupart, de la course avec d'autres coureurs, mais je me suis retrouvé isolé à plusieurs reprises, ces moment-là étaient un peu plus stressant car en plus de se concentrer sur chaque appui, il fallait bien regarder pour voir les balises réfléchissantes. Je me suis demandé à plusieurs reprises si je ne m'étais pas trompé, mais à chaque fois une balise se montrait pour me redonner la foi.

Une fois la ligne d'arrivée franchie en 1H43, je me suis dirigé vers le ravitaillement pour prendre une soupe dans mon gobelet. L'organisation, par éco-citoyenneté ne fournit pas de verre en plastique. J'ai ensuite pris mon sandwich à la saucisse de Toulouse offert par l'organisation. J'ai laissé de côté la bière offerte car j'avais vraiment trop froid à ce moment-là.
J'ai préféré retourner à la voiture pour me changer et me mettre au sec.


Conclusion :

Pour mon deuxième vrai trail, j'ai pris pas mal de plaisir même si je l'avoue, la boue et l'eau glacée ne font pas partie de mes terrains de jeu préféré. Je me demande si je ne vais pas le refaire l'an prochain en essayant d'avoir avant, un entraînement digne de ce nom.


Parcours
ForestTrail
Profil
ForestTrail

Photos

  • 1000 victoires sur 1000 ennemis ne valent pas une seule victoire sur soi-même. Bouddha

  • Si tu veux courir, cours un kilomètre. Si tu veux changer ta vie, cours un marathon. Zatopek

  • N'est vaincu que celui qui croit l'être. Fernando de Rojas

  • Je ne perds jamais. Soit je gagne. Soit j'apprends. Nelson Mandela

  • J’entends souvent quelqu’un dire je ne suis pas un vrai coureur. Nous sommes tous des coureurs, certains courent plus vite que d’autres. Je n’ai jamais rencontré un faux coureur. Bart Yasso

  • J’ai eu autant de doutes que n’importe qui d’autre. Debout sur la ligne de départ, nous sommes tous des trouillards. Alberto Salazar

  • Que la route se lève pour vous rencontrer. Que le vent soit toujours dans votre dos. Proverbe irlandais

  • Vos jambes ne vous lâchent pas, c’est votre tête qui vous lâche. Continuez. Jillian Michaels

  • Peu importe la vitesse de course, tu seras toujours plus vite que ceux qui restent assis sur leur divan. Richard Paradis

  • Demandez-vous : « Puis-je en donner plus ? » La réponse est généralement : « Oui ». Paul Tergat

  • Le miracle n'est pas que j'ai terminé. Le miracle est que j'ai eu le courage de commencer. John Bingham

  • Visez la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles. Les Brown

  • Personne ne s’est jamais noyé dans la sueur.

  • Ceux qui pensent qu'ils n'ont pas le temps pour l'exercice physique devront tôt ou tard trouver du temps pour être malades. Edward Stanley

  • L'expérience est une lanterne que l'on a accrochée dans le dos et qui n'éclaire que le chemin parcouru. Confucius

  • Ce que l'on a pu faire ne peut prétendre annoncer ce que l'on va être capable de faire. Confucius

  • Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. Sénèque

  • La voix dans votre tête qui vous dit que vous ne pouvez pas le faire est une menteuse.

  • Levez-vous avec détermination, couchez vous avec satisfaction.

  • Ne craignez pas de courir lentement, craignez plutôt de rester immobile.

  • Chaque pas compte.

  • Ne vous embêtez pas juste d'être meilleur que vos contemporains ou prédécesseurs. Essayer d'être mieux que vous-même. William Faulkner

  • La différence entre un artiste et une paire de chaussures, c'est que l'artiste doit pouvoir partir avant de lasser, tandis que les chaussures, il vaut mieux les lacer avant de partir. Philippe Geluck

  • Je ne sais pas pourquoi, ce que je faisais semblait avoir un sens pour plein de monde. Ils ne voulaient pas croire que quelqu'un était assez bête pour courir autant sans raison. Forrest Gump

  • Nous courons, non pas parce que nous pensons que cela fait du bien, mais parce que nous aimons ça et nous n'y pouvons rien ... Plus la société nous restreindra et plus il sera nécessaire de trouver une issue à cette soif de liberté. Roger Bannister

  • L'épuisement des forces n'épuise pas les forces de la volonté ... Victor Hugo

  • On n'arrive pas au sommet en dépassant les autres, mais en se dépassant soi-même.

  • Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts, ni les plus rapides, mais par ceux qui n'abandonnent jamais.

  • Rien ne sert de courir, il faut partir à point.Jean de la Fontaine

  • Courir c'est être libre. Libre dans l'espace. Libre dans le temps. Libre dans la société. Libre dans sa tête.Benedict Maverick

  • Si tu te sens bien au cours d'un ultra, ne t'inquiète pas, ça va passer... Guillaume Millet